Trois filles à Saigon

couv

Nous avons visité le Mékong de long en large, de la frontière cambodgienne aux marchés flottants et jusqu’à y dormir au milieu d’une petite île appelée An Binh. Bien qu’honnêtement nous avons pensé par la suite que le descriptif de l’île avait été écrit par un rédacteur amoureux car on y a pas trouvé le charme vanté. L’île d’An Binh est en fait composée de sept îles reliées par des ponts, aux chemins étroits que l’on emprunte à vélo ou à scooter au milieu de la végétation.

2

Nous avions choisi de dormir chez l’habitant dans un hébergement assez rustique où l’on entendait toute la nuit les bruits de la jungle, les carpes qui sautaient dans l’eau…

1

6

Nous avons également mangé la plus grosse variété de nourriture en un seul repas. On nous a servi du poisson éléphant, avec des nouilles, des légumes, des nems. Alors que nous peinions à finir nos assiettes sont arrivés le poulet, le riz, les haricots, les patates…

3 4 5

Après deux nuits passées à An Binh, avec l’impression d’être au milieu de nulle part, le ferry nous ramène au milieu de la circulation. Nous prenons un bus pour Hô Chi Minh, plus communément appelée Saigon.

Nous n’attendions pas grand chose de Saigon en ayant vu pas mal de commentaires négatifs sur cette ville. Et c’est tant mieux car nous ne la trouvons pas désagréable du tout! Certes bruyante, grouillante, immense mais plutôt intéressante au final. Un quartier chinois, un quartier des affaires qui nous fait penser à Shanghai, un quartier colonial, une vie culturelle et associative assez intense., what else? Nous y passons quatre nuits mais il en aurait fallu davantage pour la découvrir. Mais à ce rythme là il nous faudrait plusieurs années devant nous pour entamer ce tour d’Asie!

(essayer de traverser une route ou de conduire à Saigon)

 

9

Nous logeons dans le quartier dit routard, pour une fois, car tout est à proximité pour tout ce que nous voulions faire : réserver les transports et surtout prolonger le visa. Nous avons beaucoup traîné dans le Delta du Mékong en sachant d’emblée que nous ne resterions pas seulement un mois au Vietnam. Parce que trois semaines restantes pour remonter tout le pays, sachant ce qu’il y a  à visiter et avec Ella c’était juste impossible. Avec juste une petite frayeur car la loi a changé en 2015 n’autorisant plus les prolongations. Donc nous sommes arrivées là en ne sachant pas si nous étions de passage pour Saigon avant de vite remonter dans le Centre et de visiter le pays au pas de course pour sortir du pays avant le 30, ce qui nous stressait un peu, ou si nous serions à l’arrêt à Saigon quelques nuits pour obtenir notre visa. Nous sommes donc à l’arret ;)

Nous logeons dans une petite pension familiale au milieu du quartier routard dans une petite ruelle très typique. C’est assez drôle car nous sommes au milieu des deux artères principales et bruyantes et dès que nous pénétrons dans la ruelle, c’est comme si nous changions de monde et nous bouchions les oreilles subitement. Imaginez, une forme de H, nous sommes sur la barre du H. Autour de nous des klaxons, des motos par centaines, des bus, de la musique, des néons, des fast foods. Dès que nous entrons dans la ruelle, plus aucun bruit, des tentures recouvrent les toits, les sacs de riz s’entassent, nous avons l’impression d’être dans la vieille Chine : des gargotes qui servent des rouleaux de printemps ou du riz, des porteurs nous proposent des fruits. D’ailleurs nous, on préfère manger dans la rue avec les personnes âgées qui nous font goûter plein de mets.

7

Nous avions prévu de visiter le vieux Hô Chi Minh avec sa bibliothèque, sa cathédrale Notre Dame et une poste construite par un certain monsieur Eiffel. Et puis nous sommes tombées sur ça :

1112 Fin de l’histoire. Ah ah ah. Il en faut pour tous les goûts dans ce voyage, nous avons donc passé l’après midi dans un immense parc pour enfant.

Le lendemain a été consacré à une visite tout à fait particulière par son antagonisme. Pour la première fois nous avons décidé de prendre une excursion avec une agence, beaucoup plus facile à organiser par ce biais. Nous voulions à tout prix voir le temple de Cao Dai et assister à une messe. Cette religion assez récente et initiée par un fonctionnaire Vietnamien dans les années 20, tente de faire une synthèse de plusieurs religions : on y vénère Bouddha et Mahomet, Bouddha et Jésus contemplent les fidèles du haut du plafond de la cathédrale-temple. On y pratique le spiritisme et l’on y vénère également Victor Hugo, Jeanne d’Arc ou Lenine. La « messe » est très orchestrée, des musiciens et des chanteurs accompagnent les prières des disciples alignés selon leur rang face à un globe portant l’oeil divin. Voila la cérémonie la plus étrange, la plus insolite et la plus envoûtante qu’il nous a été donné de participer!

13 14 15 16 17 18 19 20

Sur le retour changement d’ambiance, nous avons visité les tunnels de Cu Chi. Ces tunnels servaient pendant la guerre du Vietnam à se réfugier et se défendre des américains. Imaginez des étroits boyaux reliés entre eux sur près de 200 km et protégés par des trappes, des pièges avec des flèches empoisonnées, des portes cloutées. Ces tunnels creusés entre 3 et 6 m de profondeur pour résister aux bombes et au passage des chars américains étaient tellement étroits que les grands américains ne pouvaient pas y pénétrer. On pouvait communiquer d’un village à un autre, s’y réfugier en cas de bombes…Après une visite guidée instructive, nous avions la possibilité de pénétrer dans ces boyaux obscurs et quelque peu angoissants pour les visiteurs claustrophobes, dont une bonne partie n’a pas pu y faire plus que quelques mètres. Effectivement pour y être allée avec Ella, qui pouvait à peine tenir debout, on s’y sent très serré, tout en marchant à quatre pattes dans une chaleur infernale.

21 22 23Après l’île perdue au milieu du Mékong, une grande ville du sud et ses buildings, nous faisons nos bagages demain pour respirer la fraîcheur de la montagne!

 

septembre 10, 2015 Ma maison sur mon dos Vietnam No Comments

Share Your Thoughts