Siem Reap

IMG_2900

Nous voici arrivées à Siem Reap au Cambodge. Pour cela nous avons pris un mini van où nous étions seules avec un touriste américain ancien producteur à Hollywood et voisin de Jim Morrison (?) à Venice Beach, décidément après Bollywood, Hollywood ça nous poursuit. Bon le monsieur était un peu particulier n’ayant que le mot dollar à la bouche, nous parlant du sionisme etc… Nous arrivons à la frontière de Poipet environ trois heures plus tard et sur nos gardes. C’est l’avantage et le désavantage d’Internet. L’avantage c’est que grâce à de sympathiques blogueurs qui ont pris le temps d’expliquer les démarches et pris en photos les bâtiments dans lesquels nous devions nous rendre, cela a rendu la tâche plus facile. Ok on passe cette arche, tampon côté thaïlandais, ne pas s’arrêter avant la seconde arche cambodgienne qui est le bâtiment officiel etc….Le désavantage c’est qu’en lisant le nombre d’arnaques sur Internet,on s’était conditionnées et nous étions plus agressives à l’arrivée d’autant qu’on a  nous a fait le coup de tout le monde, on nous arrête dans un resto un km avant la frontière avec des « passeurs » qui ont des looks de proxénètes new yorkais des séries américaines des années 80, les autres touristes ont acheté le formulaire que l’on obtient gratuitement au poste frontière (nous avons prétendu avoir déjà nos visas) mais en somme, nous avons suffisamment voyagé pour que ça ne nous choque pas, tout comme les pauses pipi imposées dans des boutiques, après tout on ne nous met pas le couteau sous la gorge pour acheter et puis avec l’eau qu’on boit ici et trois pissouilles c’est même bienvenue….

Sur les routes on voit nettement la différence avec la Thaïlande, les routes sont poussiéreuses, sans trottoir, pas si bien entretenues. Nous sommes dans un bus avec des jeunes québécois, on discute, on fait du troc Mentos contre Cookies et nous arrivons à « la gare routière ». Enfin gare routière….on tourne dans un chemin étroit, des buissons, une allée…et on se marre avec les québécois en se demandant où l’on va… et là on arrive au fond d’une espèce de garage privé où nous attendent une nuée de tuk tuk. On s’attend à être un peu arnaquées sur les bords mais non, la course n’est qu’à 1$, le prix d’une course moyenne. Certain pourraient là aussi crier à l’arnaque, ce n’est pas la station officielle etc mais au final ça ne change rien pour nous et cela fait travailler des petits jeunes. Et puis le tuk tuk cambodgien est sympa, c’est une espèce de carriole tirée par une moto.

1

 

Le jeune garçon qui nous emmène à l’hôtel est agréable, il nous aide à porter nos sacs et à l’arrivée sans être lourd nous propose de passer la journée avec nous sur Angkor moyennant une somme très raisonnable. Nous prenons son numéro de téléphone au cas où et nous avons finalement réservé la journée de demain avec lui. La première raison c’est que la patronne de l’hôtel nous a confirmé qu’à vélo avec Ella et la chaleur ça risque d’être difficile (il y a 8km entre Siem Reap et Angkor), plus les trajets entre les différents temples. Donc nous verrons comment se passe une première journée en tuk tuk pour se rendre compte si c’est faisable à vélo avec Ella). La seconde est que nous avons eu un bon feeling avec lui et que nous avions envie de le faire bosser. Il faut savoir ici que depuis les Khmers rouges, les jeunes de moins de 25 ans constituent 60% de la population et que le salaire moyen est de 80$ par mois.

Nous avons passé la journée à se reposer et goûter les plats locaux dont le beef lok lak à base de sauce d’huitre et de poivre, délicieux! En fin de journée nous nous sommes rendues du côté de Pub Street qui en gros est le quartier routard de Siem Reap avec ses bars, ses restaurants occidentaux, ses boutiques, le tout dans un beau brouhaha où nous avons mangé des…Crêpes bretonnes.

3

2

En rentrant Ella nous a littéralement…gonflé parce qu’elle voulait absolument aller danser dans un des bars bruyants de Pub Street (4 ans…). C’est comme ça qu’on a atterrit sur le roof top d’un bar animé avec pour seules places les tonneaux près des toilettes à regarder une chanteuse et un métalleux chanter pour des groupes de touristes chinois en folie…Oui, oui

4

(mireille est ravie)

5

 

Comme dit ChérieMimi passer d’un pays à un autre demande une certaine gymnastique. Le cambodge est plus roots, le rapport à l’argent n’est pas le même. Chacune a ses premières impressions et je pense que Mireille rapportera les siennes un peu plus tard avec du recul (elle est en mode observation). Il faut dire que Siem Reap voit débarquer 4 millions de touristes par an, soit 11 000 visiteurs jour, ce qui a un peu modifié le paysage pour s’adapter à cette manne. Pour ma part j’aime bien ce qu’il se passe là, le joyeux bronx de Siem Reap, les trottoirs défoncés, le bruit, le côté plus débrouille et roots  me manquaient un peu au final. Voila pour les news, on en garde un peu pour la suite avec la découverte d’Angkor.

6

août 21, 2015 Ma maison sur mon dos Cambodge 2 Comments

2 Comments

  1. Papouasie nini

    août 22, 2015

    Soyez prudentes les filles on vous aimes

    • Ma maison sur mon dos author

      août 23, 2015

      Mais oui ne fous en faîtes pas ;) de gros bisous de nous trois

Share Your Thoughts